Le soleil et les Mouscronnois étaient au rendez-vous pour cette 38e édition des 24 Heures. Plus de 18 000€ ont été récoltés pour le Népal.

Ce week-end s’est déroulée la 38e édition des 24 Heures en course libre de Mouscron. Cet événement, qui vient chaque année en soutien à un projet caritatif, a réuni une fois de plus une grande partie des Mouscronnois sur la plaine de Neckere.

Pour rappel, les 24H de Mouscron sont avant tout une course en relais, par équipe de 4 ou 6 personnes, sur un circuit de plusieurs kilomètres. Une course ado et une course enfants sont également organisées.

Au-delà de l’aspect sportif, on retrouve des concerts, des activités pour enfants, un village associatif ainsi que des bars de toutes sortes. Les 24H sont avant tout un moyen de se détendre entre amis, tout en finançant une juste cause.

Des bénéficiaires émus

Cette année, les organisateurs ont décidé de soutenir le projet de l’association «Ramasse tes sandales et marche pour le Népal». Grâce au temps qui était propice ce week-end, les Mouscronnnois ont répondu présents en nombre. Cela a permis de récolter la somme de 18 000€ pour le projet, ce qui a fortement ému les responsables du projet lors de la remise du chèque dimanche après-midi. L’argent permettra la construction d’une nouvelle école. Un établissement dont vont profiter plus de 300 élèves dans le village de Gairimudi.

Une jolie médaille pour l’équipe du Refuge

Plus de 130 équipes étaient inscrites pour cette nouvelle édition. Parmi les nombreux concurrents qui ont osé relever ce défi, se trouvaient les Freedoms Runners, une équipe de six réfugiés afghans, résidant depuis plusieurs mois à Mouscron. En réalisant de 89 tours lors de la course, ils ont fini deuxième de leur catégorie, avec une belle médaille d’argent à la clé. Cette victoire, ils la dédient tout particulièrement à une personne, leur entraîneur sportif, Frank.

Ancien militaire, il a décidé d’être bénévole au Refuge depuis sept mois et de mettre en place des séances de sport avec les résidents. Une à deux fois par semaine, il part s’entraîner avec les réfugiés les plus motivés. «J’ai une envie, c’est de faire taire les préjugés. Avant de juger, il faut aller sur place et voir ce qui s’y passe ».

Cette médaille aux 24H, Frank n’en revient pas. Il est d’ailleurs pris par l’émotion: «C’est incroyable. Je suis tellement fier d’eux. Je n’ai pas de mots», confie-t-il. «Ces jeunes n’ont, pour la plupart, pas de parents. Ils ont connu la guerre, les maladies. Ici, on voit qu’ils veulent arriver quelque part. Ils se donnent à fond pour nous. Je ne vais jamais les laisser tomber. Je suis un peu leur papa désormais

Bien que le challenge n’ait pas été des plus faciles, les six jeunes hommes ont tous apprécié l’expérience. «On est tous très fiers. On aime le sport. C’est bon pour la santé. Tous les soirs, on va au parc pour faire du football. On court beaucoup», raconte Abdul. «On est vraiment contents d’avoir couru pour le Népal et de finir 2e», ajoute Aminullah.

Enfin, plus qu’une victoire, ce week-end fut avant tout un moyen de se relaxer. «Au Refuge, il y a beaucoup de stress. Venir ici, ça permet de se changer les idées et de rencontrer des gens. C’est vraiment bien. On est très heureux», confirme Nayab. Un beau moyen de s’intégrer d’autant plus au sein de la communauté hurlue.

source :